+1-514-400-5214   catalindomniteanu@outlook.com   Montreal, QC, Canada Accueil Galerie Classes Articles À propos



Le cas de l'ingénierismrism
Ou
Cabaret Voltaire Pour Ingénieurs

Lorsque Marcel Duchamp prenait des objets fabriqués industriellement et les plaçait sur des piédestaux sous les projecteurs des galeries, je me sentais excessivement mal à l'aise. À l'époque, j'étais ingénieur et je concevais couramment de tels objets. Certaines de mes propres conceptions d'outils étaient aussi de véritables œuvres d'art, pensais-je. À l'amusement de mes collègues, j'avais l'habitude de collecter de petits morceaux de ferraille sur la chaîne de production pour leur pulchritude. Et j'aurais juré que le harnachement des câbles que je faisais pour l'industrie ferroviaire, pendant mon stage universitaire, était d'une beauté électrisante. Je n'avais aucun doute sur le fait que cela devait être le cas. Il est vrai qu'ils étaient véritablement destinés à des applications pratiques, ce qui semblait aller à l'encontre de l'idée d'art, mais sortis de leur contexte opérationnel, ces objets industriels font preuve d'un art raffiné dans leurs compositions et leurs exécutions (dictées par la technique). Dans mon univers d'ingénieur, chaque bord et chaque surface avait un but. Chaque pièce avait une place dans l'assemblage, et chaque assemblage avait une portée. C'est comme ça que ça marche. "Ecoute, les roues ne vont pas sur les tabourets, Marcel. Elles ne le font pas, c'est tout. Si tu veux être hypnotisé, soulève la roue avant de ton vélo, fais-lui faire un tour et regarde de près ses pointes qui entrent et sortent du point focal de ton œil.
Voilà, c'est fait. Les circuits du cerveau qui traitent ce flux d'informations très inhabituel font le reste. Vous voyez ça ? La nature n'est-elle pas magnifique ? Maintenant, quand vous avez fini, posez le vélo et montez dessus. En haut. Et laissez le tabouret tranquille, d'accord ?" Mais il ne voulait pas écouter.

Je n'étais pas mutin. Cette approche artistique non canonique n'était pas nouvelle pour moi. J'avais une formation en peinture. J'ai grandi avec un parc monumental de sculptures métalliques modernistes sur le charmant bord du Danube, à Galati, en Roumanie. J'ai aimé l'art abstrait et le surréalisme avant de savoir ce que j'étais. J'ai flirté avec l'écriture d'histoires de SF, ce qui m'a permis de questionner des idées sur la façon dont le monde fonctionne. Dont, par exemple, l'archétype le moins suspect appris par chaque atome de mes os et par chaque fibre musculaire de mon corps, ayant vécu pour toujours sur cette planète, la gravité.

Donc, non, je n'étais pas ravi par le geste de l'artiste. "Qui ferait ça ?", ai-je glapi, en fondant. Occasionnellement, oui, des caractéristiques peuvent être placées par accident. Ou par sabotage. En supposant que l'existence ait un sens, cet assemblage tabouret-roue ne signifiait rien d'autre que du gaspillage. On s'améliore précisément en évitant des situations erronées comme celle-là. C'est ce qu'on m'a dit. C'est ce qu'il semblait. Alors, qu'est-ce que Marcel me disait ici ? Peut-être comment ne pas faire les choses, au mieux. Je n'en étais pas sûr. Si je l'avais compris, mes projets d'ingénierie auraient été désastreux. J'aurais été viré immédiatement sans préavis. Mais je ne l'ai pas fait, et ma carrière s'est poursuivie sans problème, en faisant du travail de conception de la bonne manière.
"Parce que nous, les ingénieurs du monde, nous nous soucions de la sécurité, alors vous, cher artiste, vous pouvez faire votre expérimentation publique du charabia inadéquat de l'anamorphose". Mm-hmm ! Cela doit être facile ! Peut-être que je devrais le faire !"
Eh bien, je ne lui ai jamais dit ça, non. Pas avant de l'avoir bien compris.

Concevoir de la bonne façon signifiait être minimaliste. Le credo de Brâncuşi a dû grandir en moi, je me suis dit. Aller droit à l'essentiel me semblait juste. Pas de fioritures, pas de paillettes. Et si ce n'était pas pour ça, c'était parce que l'ingénierie est en soi un minimalisme fonctionnel. Le plus proche du minimalisme naturel (c'est-à-dire l'eau empruntant le chemin de l'énergie la plus basse, ou la forme sphérique d'une bulle de savon, ou le principe du niveau d'énergie le plus bas pour les électrons sur les orbites atomiques). Ainsi, sur ma planche à dessin, mes lignes cherchaient à maximiser l'aspect pratique tout en minimisant les coûts. Tout simplement, c'est ainsi que se joue le jeu économique. Avec chaque bord, j'aimais transformer des images mentales en articles tangibles. Le sentiment de genèse était captivant, mais je l'ai en quelque sorte confondu avec le libre arbitre. Mes longues journées se passaient à réfléchir au rôle que j'étais amené à jouer.
"Suis-je un créateur d'une quelconque manière ?", me demandais-je.

Je le pensais, mais je n'étais pas sûr de savoir dans quel sens. J'ai commencé une enquête rigoureuse à partir du niveau macro, où l'œil peut voir et le doigt peut toucher. J'y ai appris ce que je savais depuis le début : les pièces d'une machine ne sortent pas de nulle part. Avant d'être usinés, les atomes du boulon se trouvaient dans une barre de matière première, et avant cela dans un minerai, et avant cela dans le noyau d'une étoile. Je devais descendre au niveau de l'échelle de Plank où vivent les plus petits constituants de la matière. Dans ce monde contre-intuitif, des mots comme être, position ou distance perdent leur sens. Je ne pouvais pas savoir ce qui allait où et quand, mais on m'a dit que je pouvais faire confiance à l'inviolabilité du principe de conservation de l'énergie. Ainsi, je ne pouvais pas être un créateur en termes de "quelque chose à partir de rien", mais dans le sens de la transformation. C'était suffisant. J'ai regardé autour de moi. Une barre d'aluminium poussée par la pression hydraulique à travers un trou dans une matrice est étirée en une forme longue et uniforme. La résine plastique qui fond, coule puis se re-solidifie conserve la forme de la cavité dans laquelle elle a été injectée. Une plaque d'acier usinée par une machine à commande numérique devient une pièce multi-surfaces à la forme sophistiquée. J'arrivais à quelque chose. J'ai compris que mon rôle était de produire de nouvelles formes. J'étais un créateur de nouvelles formes.


***
"Juste une forme", pourrait-on dire. Mais ce serait imprécis et je le savais. Dans les temps anciens, les philosophes savaient que rien ne conserve sa forme pour toujours. En fait, pas même pour une autre instance. Ni le café que je bois, ni le groupe de statues en bronze que j'admire à l'Université de Calgary, ni le photon qui atteint ma rétine après avoir rebondi dessus, rien n'est immobile. Deux millénaires et demi plus tard, Julian Barbour, un brillant physicien britannique, est venu me voir un jour avec une vision du monde affirmant que le "rapport" (entre deux formes successives) doit être considéré comme la caractéristique la plus fondamentale de l'univers. Je l'ai remercié. Son approche était compatible avec la vision plus contemporaine de la mécanique quantique, dans laquelle il n'y a pas de formes/entités telles que des particules dans le monde mais aussi des champs (malgré le fait que la mécanique quantique nous confond avec la dualité onde-particule).
"Très intelligent, très éloquent, Julian !"

"On ne peut pas entrer deux fois dans le même fleuve", m'a dit Héraclite un soir, après un copieux dîner. "Très bien", ai-je répondu. "Alors je vais continuer à suivre le courant, n'est-ce pas ?" "Je te défie de ne pas le faire !", a-t-il gloussé.

Selon cette ligne de pensée, l'état naturel de l'univers est l'état de transformation perpétuelle. C'est un facteur obligatoire. Mais toutes les transformations ne sont pas possibles. Il existe des règles pour cela, construites au sein des lois de la nature, comme la gamme d'énergie et les seuils d'énergie. Le modèle orbital atomique en est un exemple clair dans la littérature sur la mécanique quantique ("quanta" signifie quantité discrète). Ceci est d'une grande importance et Julian le sait. C'est grâce à ces conditions de réglage fin que l'univers est possible et que la vie elle-même existe. Dans mon monde simplifié de la conception mécanique, cela équivaut à ce que nous appelons la "tolérance dimensionnelle". Une application pratique est la suivante : les lames de la guillotine perdent des atomes à chaque feuille d'acier (ou de papier) qu'elles coupent. L'écart entre les lames ne doit pas être trop important. Ainsi, de temps en temps, les lames doivent être remodelées et réajustées pour que les coupes soient toujours nettes et droites. La pratique a montré que certaines formes sont plus durable que d'autres. Dans le cas des lames de guillotine, il existe des géométries spécifiques qui maximisent leur service. Il existe de nombreux autres exemples, parmi lesquels mes préférés : roue (utilisée pour les véhicules), la sphère (utilisée sur les roulements), les lentilles convexes/concaves (utilisées sur les instruments optiques comme les télescopes), la zone de contact roue-rail (utilisée sur les wagons), les poutres en "I" (utilisées pour construire les ponts), les ailes d'avion (utilisées pour les ailes des avions), etc. En dehors de ces formes, il en existe d'autres qui ne sont mentionnées dans aucune des disciplines de la chimie, de la physique, de la biologie ou des mathématiques, car elles sont stériles. Certaines de ces formes avantageuses ont été découvertes dans la nature, comme celles des ailes des oiseaux ou du rayon de miel. D'autres ont été découvertes par la pensée abstraite, comme le pavage de Penrose, ou le ruban de Möbius. Ces formes qui ont atteint les manuels ont en commun un attribut de grande importance - l'utilité, qui est à la base de toute ingénierie.

"Tu vois maintenant, Marcel, pourquoi je n'apprécie pas ton Urinoir ? La forme utile d'un urinoir est en position verticale, placé dans une salle de bain avec ventilation. Avec des tuyaux qui y sont attachés. Comment as-tu pu manquer ça ? Comment ? Pensez à son concepteur, pendant une seconde. Comment se sent-il maintenant ?"


***
OK, j'ai du si bien métaboliser cette utilité que je suis sanguinolent et attaché à ses mérites. Il est temps de redéfinir mon rôle. Posez-moi à nouveau la question, et je vous répondrai que j'étais un créateur utilitaire de formes éphémères. C'était mon titre exact. Je n'étais pas gêné par le fait que mes formes n'étaient pas éternelles ; la temporalité devait être suffisante pour un mortel. De plus, j'avais toujours un but. "Conçu" est l'antonyme de "par hasard". Toute mon existence fonctionnait selon le principe du contrôle de l'environnement pour des résultats prévisibles et souhaitables. Tout le monde, pensais-je, roi ou paysan, s'efforçait d'aligner sa trajectoire sur le chemin le plus heureux imaginable.
"Alors pourquoi vous, Marcel, vous souciez-vous du hasard ?"

Le hasard est un mot étrange, je ne pouvais pas me le permettre dans mon lexique. Non seulement la dissonance de son rapport à l'utilité est intolérable et les ingénieurs ne l'aiment pas, mais le mot « hasard » est également porteur de connotations négatives pour les théologiens. Les lois du mouvement de Newton consolidaient déjà l'opinion de Platon selon laquelle le monde est une succession d'événements causaux. La lance d'Achille ne manquait plus le casque de l'ennemi parce que Neptune agissait clandestinement contre lui, mais parce qu'il avait une hypoglycémie ce jour-là et qu'il avait du vent. Ou quelque chose comme ça. Des événements aléatoires semblent, à première vue, indices d'un monde caché contre nature. Mais plus nous regardons de près, plus nous trouvons de relations causales entre elles, jusqu'à ce que la sophistication de l'investigation couplée au problème de l'observateur (spectateur et acteur) la rende impraticable. Au-delà de ce niveau commencent les domaines où le mot "hasard" ne peut être évité - par exemple : la désintégration radioactive, ou la superposition quantique. Certains suggèrent que ces "causes sans cause" peuvent survenir là, ce qui ouvre la porte à "quelque chose à partir de rien". Mais il peut également s'agir de notre ignorance, comme Einstein me l'a fait croire.
Cependant, dire "rien n'arrive par hasard" n'est pas la même chose que dire "tout arrive pour une raison". Pierre Simon Laplace insistait, alors qu'il visitait mon atelier par un bel hiver blanc, sur le fait que tout a une cause, et qu'il n'y a pas de raison à cela. Je l'ai laissé parler, puisqu'il venait de si loin. Simon m'a parlé de son démon, qui sait tout ce qu'il faut savoir sur chaque particule de l'univers à un moment donné. Cette "vaste intelligence", comme il l'appelait, avec son énorme formule, est capable de calculer le passé de l'univers depuis le début des temps, et son avenir jusqu'à l'éternité. "C'est vrai, c'est vrai, c'est vrai !", ai-je dit. "Mais regarde, nous n'avons même pas un petit démon pour calculer la stabilité du système solaire avec seulement huit (plus une) planètes". Il souriait. Pas moi.

Après son départ, je suis sorti pour vérifier ma boîte aux lettres. J'ai découvert qu'un couple de théologiens m'avait envoyé des épîtres m'informant que la Création a bien un but, qui est celui de l'amour, et que le hasard est une condition préalable au libre arbitre. "OK, j'aime ce genre de raffinement", ai-je pensé. Certains scientifiques m'ont également envoyé des courriels, après avoir examiné le monde subatomique, m'informant que l'univers semble avoir un but, sinon pourquoi le chat de Schrödinger ? Ils affirmaient avec force que le seul but de l'univers est d'être observé par des êtres conscients.
"Très bien, je vais vous entendre. Je vais voir ce que je peux faire," dis-je.


***
Alors, dans quoi Marcel était-il embarqué ? Cette question de la chance par rapport à l'intentionnalité est importante, je le comprends. Ça vaut la peine de l'explorer, après tout. Bien sûr, je n'étais pas tenté de brouiller les paramètres du processus de galvanisation à chaud dans l'atelier, en espérant le meilleur. J'avais des objectifs clairs sur le produit final, pour lequel j'avais créé un chemin technologique cohérent et fiable. Même en R&D, on ne mélange pas des choses totalement aléatoires et on n'attend pas de financement l'année suivante. Pour ma défense, j'étais à juste titre réticent à certaines des techniques audacieuses de Dada. Jeter des morceaux de papier déchirés sur le sol pour découvrir des récits inédits, totalement indépendants de ma pensée, n'était pas quelque chose que j'étais prêt à embrasser facilement. La réalité est que j'ai été tourmenté par ce processus.

Et puis, sorti de nulle part, Martin Heidegger m'a appelé un jour et m'a assuré d'un seul souffle que ma compréhension pré-ontologique des choses m'empêche d'accéder à de nouvelles idées, lesquelles idées vivent dans des lieux très éloignés de mon royaume actuel, paradigmatique. Hmm... OK ! Je me suis senti effrayé, je l'admets, mais je commençais lentement à voir comment les frontières de la pensée dont j'ignorais auparavant l'existence pouvaient m'empêcher de connaître le monde réel. Plein d'excitation, je lui ai dit tout de suite que j'aimais ça. Je lui ai également demandé de revoir son point de vue sur le temps, je l'ai bien défendu, mais il n'a pas voulu répondre. Il a pourtant continué, m'expliquant comment moi - il m'appelait Dasein, ce que j'ai trouvé amusant - l'observateur qui ne peut être séparé de l'objet de son investigation, suis censé donner accès au sens de l'être. "Qu'il y ait un sens, Martin !", lui ai-je dit. Il ne se doutait pas que j'étais moi-même déjà habitué au problème de l'observateur de la mécanique quantique. Même si je l'étais, je me sentais sous pression. On m'imposait quelque chose de très important. Je l'ai regardé - pas de rides. Le fait que Martin n'ait jamais fait de place au multivers Everettien me réjouissait abondamment. Finalement, j'ai commencé à voir le potentiel des routines Dada pour des histoires significatives. La gestuelle impulsive, l'esprit sans main, l'artisanat sans compétence, la manifestation viscérale, la randomisation, l'automatisme, les readymades, l'indiscipline, la profanation, le cauchemar, l'abstraction, etc. toutes ces méthodes qui provoquent le hasard et brisent les principes sont maintenant volontiers invitées dans mon studio.

Au bout d'un moment, ma conversion a commencé à se manifester. Auparavant, l'œuvre inachevée de Marcel - "La mariée dénudée par célibataires" (qui, en se brisant accidentellement pendant le transport, a amené l'artiste à la déclarer terminée) - était pour moi un bon à rien. Je ne pouvais que la considérer comme un objet dans un état avancé de désintégration. Mais un jour, lorsqu'un de mes beaux vitraux s'est écrasé sur la dalle de béton de mon atelier, brisant sa moitié supérieure de manière irrémédiable, je me suis souvenu de sa sagesse et je l'ai remercié. Grâce à lui, je pouvais maintenant penser à le métamorphoser en quelque chose d'autre, dans lequel la partie brisée n'est plus un accident indésirable, mais un élément constitutif louable du processus et une partie de sa propre biographie.

De plus, mon attitude a changé vis-à-vis des peintures impulsives, avec des rayures et des éclaboussures, de Jason Pollock. Avant, je n'y pensais pas beaucoup, peu importe la taille de la toile. Mais il se trouve qu'un jour, j'ai trouvé un de mes dessins vieux de vingt ans, que j'ai fait en laissant ma main griffonner de façon spasmodique des courbes incohérentes sur une feuille de papier. Je l'ai fait comme ça, je ne sais pas pourquoi. Puis en l'observant sous différents angles, mes neurones ont identifié des motifs ressemblant à des figures humaines et animales, auxquels j'ai ajouté des nuances et des détails. La surprise est venue le lendemain, lorsque je l'ai présenté à mes collègues et que chacun d'entre eux s'est reconnu et a reconnu les autres, dans l'exacte même corrélation. J'ai fait quelques autres de ces dessins, mais je ne savais pas quoi faire de cette méthode, alors ils sont allés dans mon tiroir et sont restés cachés, jusqu'à récemment. Je dois encore employer cette méthode dans mon travail artistique, mais je suis ouvert à l'idée de l'essayer et de laisser le sujet se présenter de lui-même.

Je suis contaminé. En vérité, j'ai été contaminé bien avant de m'en rendre compte, comme il semble en regardant certains vieux poèmes que j'ai écrits une décennie plus tôt. Je me souviens très bien les avoir écrits pour me venger des messages que je recevais de chez moi, de mes bons vieux amis. Après plusieurs années d'installation au Canada, certains de ces messages ont commencé à me paraître absurdes. J'ai répondu par des messages ambigus. Mes poèmes étaient semblables à ceux de Dada, dans leur incompréhensibilité, mais pas aussi radicaux que les « poèmes simultanés ». Au fur et à mesure que mes archétypes se sont désintégrés dans mon expérience d'émigration, je suis devenu de plus en plus convaincu que ce sont eux qui l'ont expliqué. Mais c'était peut-être moi, l'observateur.


***
Alors, oui, je salue inexorablement la puissance du mouvement. Mais au milieu de ce mouvement, je recule involontairement en me demandant si les nouvelles histoires correspondent à la vérité - le dernier bastion. Encore une chose : l'intuition est le début de la recherche, pas sa fin. "Secoue-moi, Tristan ! Arrache-moi mes sottises et va les encadrer. Enlève-moi le bon sens, laisse-moi avec moi-même. Je serai à jamais neuf, au moins."

Un siècle après que Samuel Rosenstock et ses collègues déterminés aient prophétisé Dada au Cabaret Voltaire de Zürich, ma vision ingénieuriste résiduelle du monde s'éteint enfin. Un mouvement né contre les atrocités de la guerre, le mouvement contre tous les mouvements, et l'atomiseur des arts, doit valoir quelque chose.

"Bien sûr que oui. Dans tes rêves", a dit Salvador Dali avec une emphase théâtrale crescendo. Je n'ai pas discuté. Il savait que je savais qu'il me taquinait. Ce qui me gênait, c'était le pseudonyme du fondateur, Tristan Tzara, qui en roumain signifiait "pays de la douleur". Pas notre pays, j'espérais laisser une vibration patriotique me parcourir l'échine. Quand je lui ai demandé s'il le pensait vraiment, il m'a regardé droit dans les yeux et m'a dit : "Da-da !". "Oh, ne me donnez pas de da-da !", ai-je répondu en souriant. En roumain, un seul "da" signifie "oui" ; deux "da", prononcés avec ironie, signifient un "oui, bien sûr" sarcastique, qui signifie "non". J'avais peur de la seconde. Je l'ai poliment invité à s'asseoir pour se régaler avec un cube de loukoum et un verre d'eau fraîche. Il s'est excusé d'avoir été trop préoccupé ce soir-là pour écrire un message brutal à des amis qui l'attendaient. J'ai compris. En sortant, il s'est arrêté et a récité ceci, à demi tourné vers moi : "Supposant que la vie est une pauvre farce, sans but ni parturition initiale, [...] nous avons proclamé comme seule base d'accord : l'art."
J'ai refermé la porte derrière lui. Plus tard ce jour-là, j'ai reçu ce dernier texto de sa part.
“Art yourself, my friend! You’re too kind. Art your life all the way! And art you, everyone!”

Catalin DOMNITEANU

À propos des distances

Ces dernières années, je me suis de plus en plus intéressé à un bon espace de réflexion sur un blog. Zone «lente» où le temps de réaction n'est pas un facteur, les fruits «facilement suspendus» ne sont pas souhaitables et une erreur peut être facilement oubliée. Ce geste est le reflet de l'état actuel des interactions humaines, qui a capturé tous les aspects de la vie sociale - travail, shopping, loisirs, politique, etc. et qui devient parfois extrêmement superficiel.

Un bon stratège marketing conseille aujourd'hui à quelqu'un qui est prêt à vendre quelque chose, n'importe quoi, de sortir et d'être «visible». Quel que soit le projet, il doit être sur de nombreuses (sinon toutes) plateformes sociales, il doit interagir avec le plus de monde possible, faire de la publicité, être là, redresser, saisir, tirer, pousser, quoi que ce soit pour interférer avec ses affaires sur votre chemin. La moralité est mise de côté dans ce processus, disent les critiques. J'ai tendance à les croire, mais je reconnais que cette attitude s'est développée quelque peu naturellement sur le marché libre, dérivée de la nature humaine elle-même. Alors je tempère mon aversion.

Je ne ressens pas moi-même le besoin de rejoindre le jeu vidéo, mais je dois y faire face. Télévision, radio, publicités circulaires, publications et tweets de tous les médias sociaux, ainsi que tous les autres canaux de communication par lesquels quelqu'un veut porter une idée à son attention, finir par prendre mon temps, déclencher des neurones et former autour de moi quelque chose comme un disque d'accrétion d'information.

Les "opportunités" continuent le bourdonnement autour de moi. C'est devenu si simple: ni recherche, ni conversation, ni visite du magasin ne sont nécessaires. Je clique sur le lien fourni et je reçois quelque chose sur la porte. Je suis formé pour être paresseux. Ma capacité à observer, ma capacité à enquêter et ma capacité à évaluer s'affaiblissent à chaque geste rapide que je fais pour gagner du temps, de l'énergie ou toute autre chose. Cela me fait repenser le "ralenti".

Au début de la pandémie, au printemps 2020, une entrepreneuse et collectionneuse d'art de Pologne, Grażyna Kulczyk, propose au public européen un vaste musée dans lequel les visiteurs sont encouragés à explorer les œuvres en mode "slowview". Qu'est-ce que ça veut dire? Un plus petit nombre d'œuvres contrôlées lors d'une visite. Cela signifie une vision prolongée, qui permet une compréhension plus solide du message, cela signifie des racines profondes. C'est un geste moins spontané, moins dynamique, mais certainement plus durable. Une chose à mon goût.

Ce n'est pas seulement l'espace sur ce blog où je veux cela. C'est en fait la ligne de pensée qui anime mon processus créatif. Je fais un effort pour développer l'histoire et la traduire visuellement, donc j'aime voir les gens s'engager dans une conversation, poser des questions, applaudir ou critiquer.

Catalin DOMNITEANU

Entretien avec Catalin Domniteanu, sculpteur et vitrail de Montréal
(Article d'entretien d'Eva Halus, artiste, journaliste et écrivain; image: L'Observatoire, le magazine roumain de Toronto)

Catalin Domniteanu, ASA, Mech. Eng., P. Eng. (Membre de l'Alberta Society of Artists, ingénieur en mécanique, membre de l'Association professionnelle des ingénieurs et géologues de l'Alberta), est un sculpteur et artiste vitrail, mais aussi un ingénieur en mécanique avec une longue expérience dans diverses industries, et est un récent membre de la communauté roumaine de Montréal. Cependant, pendant 15 ans au Canada, à Calgary, dans la province de l'Alberta, où il a vécu jusqu'à présent et contribué à la fondation et à la consolidation de la communauté des artistes roumains en Alberta, il a collaboré à l'organisation d'événements publics dans la communauté roumaine, travaillant en étroite collaboration avec le consul honoraire de Calgary, Mme Maria Serban, ancienne présidente de l’Association culturelle canado-roumaine de Calgary. Nous pensons qu'il est nécessaire de se concentrer sur son règne, car, en plus d'un focus particulier sur sa carrière et sa personnalité, on peut aussi parler d'un bel échange d'idées entre les communautés roumaines de Montréal et de Calgary, qui est loin d'être une autre ( deux points chacun près de l'autre extrémité du Canada, sur le 45e parallèle).

EVA HALUS: - M. Catalin Domniteanu, je vous ai rencontré dans une circonstance unique, sur Internet. Maintenant, oui, je peux dire que parfois Internet est un moyen très utile et efficace et puis, sans même s'en douter, toute une histoire prend forme et se développe, à partir d'un seul `` bob '' - ici dans notre cas cela peut être un grain de lumière et de raison…

CATALIN DOMNITEANU: - J'ai plusieurs façons de répondre, mais parce que nous parlons d'activités artistiques, j'avoue que la proximité culturelle avec l'Europe a été un facteur important. En fait, j'avais flirté avec l'idée de revenir à Montréal depuis longtemps, et la décision a été prise avant même que je ne prenne contact avec la communauté artistique ici au sujet du catalogue, à travers vous. Alors d'autant plus de joie de contribuer à la construction du pont à partir de cette extrémité, plus caressée, des Roumains au Canada. Et les deux mois depuis que ma femme et moi avons travaillé sur les rives du fleuve St. Laurent, j'ai déjà eu l'occasion d'apprécier la richesse culturelle du lieu, l'appétit artistique et l'effervescence de la communauté.

EVA HALUS: - Parlant de la théorie de la mécanique quantique, qui attire et influence votre pensée philosophique et votre art, je vous ai présenté deux noms simples: ingénieur et créateur de vitraux. Vous pouvez parler en d'autres termes de ces choix professionnels, donnant au lecteur une perception complètement différente de l'espace que vous occupez en tant qu'être créatif, à savoir le lien entre vos deux métiers.

CATALIN DOMNITEANU: - Ma devise artistique est formulée autour de la lumière, dénominateur commun de la matière, qui domine tout autour de nous. L'Anglais appelle le vitrail "verre coloré", en référence à la lumière filtrée par les fragments de verre. Mais les couleurs proviennent aussi du reflet de la lumière blanche, solaire, tombant sur des objets sans transparence. Leur matière la convertit. Donc tout ce qui rencontre la rétine, de l'horizon à l'œil de l'aiguille à coudre, du zénith au nadir, et du lever au coucher du soleil, tout est léger. Et de tous les sens, la vue est celle avec laquelle nous interprétons le plus pleinement l'univers. De plus, la peau reçoit un rayonnement infrarouge - également de la lumière. Et si nous mettons un équipement spécialisé devant la rétine, nous pouvons voir les entrailles du corps ou nous pouvons observer les débuts de l'univers. Quel spectacle! En modélisant la lumière, le vitrail traditionnel a prouvé ses qualités de narrateur et de décorateur pendant près de mille ans, de la rosace de la cathédrale au «capteur de soleil» dans la fenêtre du salon canadien. Au fil du développement de l'artisanat, la pureté du verre, ses couleurs, sa peinture et ses méthodes de traitement et d'exécution ont évolué et ont brillé, en particulier avec les splendeurs Art nouveau de Louis Tiffany. Le vitrail s'est déplacé des surfaces verticales, planes, horizontales ou même sphériques (les fameuses lampes Tiffany, qui aujourd'hui, bien que méticuleuses, sont faciles à réaliser).

Maintenant, laissez-moi vous en parler: quand je suis arrivé à Calgary il y a 15 ans après ma première visite à Tiffany House, une entreprise de vitraux dans le quartier animé de Kensington, j'ai été submergé par la variété des tons, des transparents et des textures des feuilles de verre. et l'abondance d'étagères avec des outils et du matériel. Une joie. Avec ce luxe à portée de main, j'ai également exploré la technique classique de la tige de plomb, et celle avec came en tôle profilée, et surtout celle avec feuille de cuivre, qui permet des contours sophistiqués. La baguette donne de la solidité au panneau et offre un contraste sur le périmètre de la maille de verre, et ce contour noir est la caractéristique du vitrail. Si nous parlons d'un paysage, par exemple, plus il y a de mailles, plus l'image est complexe (les feuilles contre la couronne d'un arbre), mais plus le réseau de came devient dense, donc plus l'image devient sombre. Au contraire, moins la tige est faible, plus la maille de verre est large et donc plus les détails sont vagues, à la simplification naïve et obscure. Vous pouvez essayer d'obtenir les détails de la texture et des couleurs du verre, mais je vous dis que cela ne fonctionne pas. Ici, vous reconnaissez la main du créateur de vitraux. Cette dichotomie m'a surpris lorsque je faisais mon premier travail avec plus de 500 pièces. Un jour, eh bien, j'ai voulu la battre. J'ai ajouté des jeux de lumière et d'ombre, de brillance et j'ai ajouté de la perspective. À partir d'une fenêtre à deux-dimensions, j'ai créé une fenêtre en trois-dimensions - un bas-relief. La lumière tombe sur les corps de verre qui composent le vitrail et se transporte sur les contours noirs, hors de son plan… enfin.

Les sujets que j'ai choisis ont souvent des racines dans mon expérience de vie personnelle, avec des références des traditions roumaines ou de la mythologie grecque que j'admire et que j'aime. Mais je suis très enthousiaste pour les sujets à la pointe, pour que mes sujets puissent provenir, par exemple, du monde des dimensions Plank*. Je suis conscient que la réalité ne s'arrête pas là où l'œil cesse de détecter le flash de la lanterne. Là, dans ce monde de probabilités et d'incertitudes, la mécanique quantique défie violemment notre intuition. C'est un monde frappant (nullement terrifiant ou décadent, mais il est d'autant plus merveilleux. A l'opposé, à l'échelle de l'univers, le domaine de la cosmologie propose une pléthore d'hypothèses, chacune controversée. Comment dire Toi, tu es comme un terrain de jeu d'imagination? De tels sujets que je trouve dignes d'une investigation artistique, et je suis très heureux quand mes œuvres engagent le visiteur en question.

Quant à la cohabitation entre tradition et science, je trouve que leur point commun est la tentative d'observer la nature intime de l'univers. La tradition m'apprend la fermeté, la science m'apprend la cohérence - deux noms édifiants, mais entre lesquels il y a une différence de classe. La tradition contient le désir de déchiffrer la réalité de sa fin sophistiquée - du désir. Il me semble que parfois il a trouvé sa clé, d'autres fois il a trouvé son ombre. L'inconvénient, à mon avis, est que lorsque l'interprétation acquiert une formulation quelque peu cohérente, l'examen cesse, la pratique est consacrée et le geste devient une tradition, il s'établit. D'un autre côté, la leçon de science me dit que l'électron ne peut pas être vain et que le photon ne sait pas mentir. Vous ne trouvez pas plus d'honnêteté (ni moins!) Que dans le potentiel de l'atome à former des liaisons covalentes. Leurs interactions ne sont pas sujettes à des caprices mais sont fermes, cohérentes et prévisibles. Ce qui est encore plus intéressant, c'est que sur quelques niveaux de complexité, il y a l'inquiétude, le désir, la compassion, le mensonge, l'ignorance. Nous ne savons pas comment faire cela et c'est pourquoi je crois que la vérité ne doit pas céder la place à l'immobilité ou à l'arrogance. La réponse à la question est donc que je choisis l'ingénierie comme fondement scientifique nécessaire et appliqué de mes significations du monde et de la vie, et l'art comme raccourci et comme excuse raisonnable pour mes phrases.

Remarque: * Max Planck propose dans les années 1890 un ensemble d'unités de mesure qui simplifie les expressions des lois de la physique (longueur, masse, température, temps et charge). Cet ensemble d'unités théoriques universelles s'est avéré être les limites inférieures de l'applicabilité des lois de la physique, en ce sens que les discussions de dimensions plus petites n'ont plus de sens physique.

EVA HALUS: - Pour nous orienter dans votre art dans lequel vous utilisez diverses techniques et dans lequel vous combinez la matière première, le verre, avec le métal pour obtenir des bas-reliefs et même des sculptures, commençons par la technique traditionnelle du vitrail, dans laquelle vous du paysan roumain, Before Vespers and Endless Glamour, dans lequel vous incarnez deux jeunes danseurs en costumes folkloriques.

CATALIN DOMNITEANU: - Les deux œuvres ont une histoire commune. Tout d'abord, ils sont très grands et plats - traditionnels. D'un point de vue technique, cette dimension était un objectif en soi - un défi de nature structurelle. Les vitraux se déforment avec le temps sous la pression de leur propre poids et sont souvent renforcés par des barres de support répulsives qui fragmentent l'image. Pour les éviter, j'ai utilisé des inserts surdimensionnés intégrés dans la came du vitrail. Un autre objectif était la complexité, pour laquelle nous avons choisi un paysage exécuté dans la technique de la feuille de cuivre. Et un autre était le thème - les sujets sont inspirés par la culture et les traditions roumaines parce que la destination était le restaurant roumain à Calgary, magnifiquement décoré en Transylvanie par une femme merveilleuse. Et il y a eu les célébrations et les réunions de l'association communautaire roumaine à Calgary. Sans parler de la nourriture (!). J'ai donc choisi la danse, la bonne volonté et les costumes folkloriques, la Colonne Infinity - une image reconnaissable pour le public canadien, la sculpture Maramures des portes, et un paysage avec le foyer du village, post-impressionniste, d'après un tableau d'un peintre brailien Ion Theodorescu-Sion. À cela, j'ai ajouté la perspective d'un porche, pour que le client ait l'impression de rendre visite à son peuple et que la nostalgie l'embrasse.

EVA HALUS: - Explorer les techniques mixtes /…

CATALIN DOMNITEANU: - En effet, l'histoire des sculptures ne commence qu'ici. Apparemment, à cette époque, j'étais déjà conscient de la stabilité structurelle de mes œuvres (ma pratique et mes connaissances en ingénierie m'aident, ici), et j'étais toujours frustré par le corsage de lumière autour du périmètre de l'œil de verre. J'ai alors imaginé une fenêtre en bas-relief, comme Sailing Away: the Emigrant, mais je m'en suis rendu compte plus tard. Le premier travail en trois dimensions avait un thème scientifique. Je n'ai pas du tout recherché l'impact sur le public ou l'attractivité esthétique. Je voulais exprimer l'idée, j'avais des inquiétudes sur le tissu spatio-temporel de l'univers.Le travail suggère l'imbrication de l'espace en trois dimensions: deux plans le long desquels circulent les ondes gravitationnelles, les photons, les particules subatomiques et les champs magnétiques, et d'où émergent des formes matérielles volumétriques et des entités de plus en plus complexes à la vie et à des manifestations cognitives telles que la pensée abstraite. humour. Le document a été bien accueilli par le directeur de l'Observatoire astronomique Rothney de l'Université de Calgary et a été exposé lors d'un événement «portes ouvertes» immédiatement après la conférence annonçant pour la première fois la détection des ondes gravitationnelles par l'interféromètre LIGO à Livingstone, aux États-Unis. en 100 ans.à la théorie généralisée de la relativité proposée par Albert Einstein, une coïncidence plus que gratifiante.

Pratiquement, à partir de ce moment, je n'étais plus contraint par les limites du vitrail traditionnel, ni comme exécution, ni comme environnements et matériaux, ni comme design, ni comme thèmes. J'ai ensuite fait "Sailing Away: the Emigrant" dans lequel j'ai exploité les propriétés de focalisation lumineuse du verre volumétrique, mais j'ai aussi utilisé des objets métalliques opaques. Comme dans le cas des sculptures, un léger mouvement de la tête reçoit la perception de la profondeur. Les lueurs bougent également. L'ensemble acquiert également une mobilité avec le mouvement du soleil dans le ciel. De plus, pendant la nuit, la lumière réfléchie (lorsque la source de lumière est du même côté de l'œuvre que le spectateur) révèle une toute nouvelle image - une nouvelle couleur, de nouvelles ombres, une luminosité différente et une nouvelle texture. Et la came du vitrail vient aussi avec sa texture et s'intègre dans la composition, ce n'est plus seulement un réseau de contours noirs comme dans le vitrail traditionnel.En fait, mes œuvres ne sont plus du vitrail. Pour les décrire brièvement, je dois utiliser le vitrail comme référence, mais leur destination n'est plus la fenêtre traditionnelle, mais peut aussi être la niche, le piédestal ou la console. Dans l'industrie, le terme «vitrail tridimensionnel» est également utilisé pour les œuvres obtenues par une technique de placage - des créations similaires aux abat-jours Tiffany étendues à des surfaces fermées, comme un buste par exemple. Mais mon travail n'a rien à voir avec cette catégorie et je cherche à laisser le délai derrière moi.

EVA HALUS: - Comment vos vitraux s'intègrent-ils dans l'architecture?

CATALIN DOMNITEANU: - Vous voyez, parce que mes intérêts vont aux traditions mais aussi à la science en même temps, c'est parce que je ne les trouve pas en conflit. De même, je respecte le vitrail classique et les versions pratiquement dépourvues de celui-ci. L'architecture moderne peut bénéficier de son ascendant. Les surfaces vitrées des institutions ou résidences modernes peuvent incorporer l'esthétique des fenêtres en bas-relief au lieu du vitrail traditionnel (et à l'ancienne!?), même s'il suit la ligne Stijl, disons. Mais en fait, ce n'est pas le courant architectural qui est le facteur dominant du volume de vitraux installés dans les nouvelles constructions, mais les facteurs «coût-efficacité» et «tendance». Et à côté d'eux, le «consumérisme» est un adversaire naturel des bas-reliefs vitrés (voici un nom possible). Le vitrail est fait pour durer des siècles, un héritage entre les générations, et non remplacé comme une armoire ou même des murs intérieurs.

EVA HALUS: - Quel vitrail aimeriez-vous réaliser et pour quel bâtiment?

CATALIN DOMNITEANU: - Oh, je voudrais décorer la Sagrada Familia. Imaginez: des significations scientifiques en bas-reliefs vitrés sur les six rosaces de la façade orientale de la splendide basilique catalane. Et je vous dis qu'ils ne seraient pas hérétiques.

EVA HALUS: - Au Canada, entre 2016 et 2018, vous avez participé à de nombreuses expositions à Calgary, Toronto et Bearspaw, une ville de l'Alberta, mais aussi aux États-Unis, dans des galeries «brique et mortier» ou à des concours en ligne. Lors de certaines expositions, vous faisiez partie du jury, à d'autres, vous avez participé et obtenu des prix et des distinctions. En voici quelques-uns: finaliste en 2018 à l'Open international de SCA, un concours en ligne, jugé, organisé par la Société des artistes canadiens à Toronto. Puis, en 2017, vous avez remporté le Gallery Choice Award à la Contemporary Art Gallery Online d'Annapolis aux États-Unis pour les concours «All Water» et «All Botanical».

CATALIN DOMNITEANU: - Je me suis intéressé aux concours en ligne pendant un moment car mes œuvres sont grandes, lourdes et fragiles - une combinaison qui les rend impropres au transport et exigeantes aux conditions d'exposition. C'est pourquoi j'ai limité ma présence dans les expositions d'art locales. Fin 2018 et début 2019, j'étais heureux de prendre le parti de l'organisateur car j'avais repris le poste de directeur d'exposition de l'Alberta Society of Artists. ASA est une organisation à but non-lucratif avec une très bonne réputation professionnelle, la plus ancienne de la province, et qui a le mandat de promouvoir l'art dans la société. Je suppose que vous savez qu'au Canada, de telles organisations, contrairement aux galeries commerciales, reçoivent un financement fédéral, provincial, local ou même privé pour leurs travaux. Les jurys ASA sont toujours externes et tournent à chaque exposition. Je ne faisais pas partie du jury, mais dans ma brève contribution, j'ai participé à diverses étapes de l'organisation de plusieurs expositions à Calgary, Edmonton et Fort McMurray. Parmi eux, une exposition de photos à la New Central Public Library de Calgary - un monument architectural moderne absolument glorieux, qui attire quotidiennement des centaines de visiteurs.

EVA HALUS: - Bonne chance, maintenant et au-delà! Vos vitraux ont été bien reçus, admirés, vous avez remporté des prix, vous avez trouvé des acheteurs. Je sais qu'à Montréal, depuis 10 ans, il y a eu un décret accordant seulement 1% du coût total pour le nouvel art incorporé dans la façade pour les nouvelles constructions. Alors, comment voyez-vous l'évolution de l'art du vitrail qui, pour autant que l'on puisse le voir, n'est pas mis à sa juste place et ne reçoit pas l'importance qui lui est due?

CATALIN DOMNITEANU: - C'est vrai. Il n'est pas difficile de voir comment les bâtiments historiques de Montréal attirent le visiteur et des files d'attente se forment devant eux, et non devant ceux avec des pneus en aluminium et des poutres en fer visibles à travers le plafond… J'ai tendance à croire que le rôle de l'administration d'imposer des repères culturels et L'esthétique de la ville vers son embellissement social est très importante. Par exemple, nous voyons un soutien financier pour des organisations telles que les SAA. Il y a beaucoup de débats sur ce sujet, mais je ne connais pas la bonne réponse. Peut-être que non seulement l'État devrait donner et faire, mais chacun de nous devrait également résister à la tentation du facile, d'exercer sa capacité d'évaluation.L'art n'est pas facile. Au moins ce n'est pas le mien, si je ne compte que par la durée de l'exécution. J'insiste simplement: le vitrail a un potentiel exceptionnel dans l'architecture contemporaine. Venez et laissez-moi vous dire.

EVA HALUS: - Vous pourriez vous diriger vers les galeries fréquentées par les touristes et les collectionneurs du Vieux-Montréal, pour une plus grande visibilité, il pourrait enseigner l'art du vitrail.

CATALIN DOMNITEANU: - Merci beaucoup, j'ai l'intention d'explorer les galeries du Vieux-Montréal le plus tôt possible. Pour le moment, j'ai quatre œuvres à différents stades d'exécution et que j'ai dû emballer pour le transport, mais avec lesquelles je veux d'abord compléter mon portfolio. Je suis heureux de confirmer que je viens de trouver un endroit idéal pour installer mon atelier. Quant aux cours de vitrail, je serai heureux de partager mon expérience, seulement pour le moment je suis encore dans une phase exploratoire et je suis captivé par son ouverture. Je résisterai à la tentation de trop en révéler sur les projets en cours sauf un. Ici, l'une des œuvres qui sera bientôt sur mon bureau sera un vitrail pour aveugle. Imagine seulement! En explorant suffisamment ces idées, j'envisagerai d'enseigner. L'environnement académique peut être une revendication trop élevée, je ne me rends pas compte si la combinaison de compétences, de connaissances, de perspective et de créativité qualifie mon art pour une discipline universitaire. Mon sentiment est que je ne fais que commencer, mais je pense que dans quelques années, je vais assez changer les choses. À Calgary, j'ai donné des cours d'introduction à la technique de la feuille de cuivre à la Tiffany House. Je vais les répéter avec la technique de la came métallique et de la tige de plomb.

EVA HALUS: Revenons un peu en arrière. L'an dernier, vous avez créé le groupe des Artistes roumains de l'Alberta et des amis à Calgary, réunissant des peintres, des sculpteurs, des artistes multimédias, mais aussi des musiciens, des danseurs, des acteurs. À ce moment-là, vous m'avez dit qu'il était très difficile de rassembler des gens, même partageant les mêmes intérêts. Puis je vous ai dit à quel point la scène artistique est variée et vibrante, mais aussi la scène communautaire à Montréal. Calgary et l'Alberta signifient en général le pétrole, l'économie, l'industrie, les finances. Montréal est plus européenne, avec de grandes influences d'Europe occidentale, mais aussi du sud, de New York. Vous avez commencé cette communauté d'artistes professionnels et amateurs à Calgary, puis vous êtes venu à Montréal et maintenant nous attendons avec vous la publication du groupe d'artistes roumains de Calgary et leurs amis, dans lequel vous avez dédié un espace à chaque artiste, avec une, deux photos et une brève description de leur pratique. Pour ce magazine, qui a également marqué la création du groupe d'artistes, mais aussi le Centenaire, vous m'avez demandé d'écrire un article intitulé Calgary-Montréal, Centenary Bridges. Maintenant je vous demande comment voyez-vous toute cette aventure? Garderez-vous cette relation avec les artistes de Calgary ouverte? Pouvons-nous réfléchir ensemble aux futures collaborations Montréal-Calgary?

CATALIN DOMNITEANU: - Le projet de la communauté des artistes roumains en Alberta est très beau. Cela a commencé avec l'idée d'une exposition d'art roumaine, mais j'ai réalisé que ni la communauté artistique ni le public n'étaient cohérents. Au moins dans le domaine des beaux-arts, car les événements annuels du RCCAC étaient basés sur certains des interprètes. De six plasticiens et photographes, lors de ma première rencontre, je suis venu découvrir toute une brigade de plus de 40 personnes formidables. Comme vous l'avez dit, nous avons les beaux-arts, les arts du spectacle, la littérature, la photographie, la danse de salon, nous avons les deux pour un festival des arts roumains. Et je vous le dis, ce fut une surprise pour tout le monde de découvrir à quel point ils sont talentueux au sein de la communauté. Nous avons utilisé la plateforme FaceBook pour faire connaissance et annoncer nos événements.

Lors de la construction du catalogue, nous avions un ensemble minimal de critères: Roumanie-Moldavie, Alberta, créativité. Nous avions l'habitude de dire qu'il est difficile de coaguler dans une communauté avec des aspirations parce que nos arts sont différents, notre histoire personnelle est différente, et finalement nos intérêts sont différents. Vous savez très bien ce qu'il faut pour cela. Enfin, nous avons ajouté quelques amis d'autres provinces canadiennes ayant à l'esprit la grande famille de l'art diasporique, et nous avons cherché à construire ce pont avec la communauté plus grande et plus dynamique de Montréal. J'allais dire "plus vieux", mais sachez qu'en Alberta, à Boian, c'est la plus ancienne colonie roumaine du Canada. C'est pourquoi je vous ai écrit et je suis heureux que vous ayez accepté et que vous soyez venu rencontrer un tel enthousiasme.

En attendant, j'ai eu le plaisir de découvrir l'enthousiasme de certains peintres qui ont ravivé leur passion pour les chevalets, et des peintres qui organisent des vernissages ensemble. Plus important encore, nous savons que nous existons. J'aime croire qu'à partir d'ici, la porte sera élargie encore plus aux collectionneurs et aux spectateurs de la grande communauté roumaine, mais aussi de la communauté canadienne aussi, à commencer par les communautés ethniques européennes. J'ai l'intention de rester en contact avec tous les artistes de l'Alberta que j'ai rencontrés; certains sont devenus des amis proches. Et parce que je suis à Montréal maintenant, je peux encore mieux contribuer à la connexion. Mais l'effort pour renforcer cette communauté artistique doit aussi viser le public.

EVA HALUS: - Vous avez également été publié dans des magazines tels que "Axis Libri" à la Bibliothèque publique V.A. Urechia de Galati, Roumanie dans un article de Corneliu Stoica, qui s'appuie sur quel aspect de votre art?

CATALIN DOMNITEANU: - M. Corneliu Stoica a écrit plusieurs livres spéciaux sur les artistes de Galati et il est probablement l'historien des beaux-arts le plus important de ma ville natale. L'article me présente au public avec des notes biographiques et un intérêt pour les œuvres en trois dimensions créées et exposées au Canada. Je pense que ma présence l'a surpris. Tout d'abord, la ville a une école d'art, une école d'art populaire, mais pas de cours de vitrail ou de verrerie. Alors d'où vient un vitrail? Galati a de grands sculpteurs et de merveilleux peintres, mais à la fin des années 90, et jusqu'à mon départ pour le Canada en 2004, je n'avais trouvé aucun artisan vitrail. Nous recherchions les matériaux à Buzau et Bucarest. Au mile 80 du Danube, le verre a cédé la place au métal. Avec un géant métallurgique comme Sidex, comme autrement, sur la falaise de Galati domine un splendide camp de sculpture métallique de 1976, que j'avais l'habitude d'observer de près pendant mes années d'étudiant. J'ai trouvé les vitraux de la cathédrale épiscopale de Galati, avec un motif géométrique simple et montés trop haut pour que je puisse faire des recherches. J'avais aussi découvert rue Domneascã, tout à fait par hasard, une maison de boyard avec des vitraux à mailles transparentes et facettées montées dans les portes d'entrée. Les vitraux de l'église grecque, malheureusement vieillis (ou vandalisés) et brisés dans la partie inférieure, m'ont finalement donné l'occasion de remarquer l'épaisseur du profil de la tige de plomb, du mastic, des nœuds et des barres d'armature. Ensuite, j'ai réalisé un moule d'extrusion de plomb pour pouvoir réaliser les premiers vrais vitraux.

EVA HALUS: - Corneliu Stoica, critique et historien prolifique de l'art de Galati, a également écrit sur votre art dans le magazine «Şcoala Gălăteanã» de la Maison du personnel enseignant de Galati. Avez-vous des vitraux à Galati dans les espaces publics? Même si vous avez quitté le pays, votre travail fait-il partie du patrimoine de la ville de Galati?

CATALIN DOMNITEANU: - Je ne l'ai pas, malheureusement. Il n'y a que quelques œuvres dans des résidences privées, à Galati et Brăila. Mais mon chemin vers la consécration est encore loin d'être éligible aux collections patrimoniales. Mes futurs projets le démontreront.

EVA HALUS: - Vous êtes membre de l'Académie Mondiale des Arts en France, portant le titre de Chevalier Académicien. Parlez-nous de cette période de votre vie.

CATALIN DOMNITEANU: - La World Art Academy (MAA) est une association à but non lucratif de Camargues, dans le sud de la France, répartie sur quatre continents, qui promeut les beaux-arts et organise régulièrement des expositions dans les grands salons d'art du monde entier. Le titre de «chevalier» est un moyen simple d'honorer l'appartenance à l'organisation, et chaque pays a également un membre ayant le rang d '«ambassadeur». Je suis membre du MAA depuis 2017, mais à Calgary, je n'ai pas pu assister aux événements de l'organisation, qui se déroulent généralement dans des métropoles comme Vancouver, Toronto ou Montréal.

EVA HALUS: - L'Académie Mondiale des Arts en France a publié un livre à la Biennale d'Art 2017, qui vous inclut également.

CATALIN DOMNITEANU: - Le MAA publie ce livre tous les deux ans dans des conditions graphiques exceptionnelles. Il est important que les œuvres des artistes atteignent les yeux des collectionneurs d'art, des conservateurs, des critiques d'art, des architectes. J'étais heureux de faire partie de cette édition.

EVA HALUS: - Et parce que l'homme, comme l'oiseau, est aujourd'hui libre de voyager et de s'installer où il veut, célébrant cette liberté et ayant le pouvoir de créer et de laisser une marque sur les lieux et les personnes qu'il connaît et emmène Bien, je te souhaite de s'adapter rapidement aux nouvelles conditions ici à Montréal et d'avoir des collaborations fructueuses avec d'autres artistes à Montréal, que vous aurez l'occasion de rencontrer dans un très proche avenir et enfin et surtout, de CRÉER les dentelles de lumières et d'ombres, multicolores , qui ravira le spectateur et donnera du charme et de l'harmonie au lieu! Peut-être que l'oiseau et l'homme sur cette terre ne sont qu'une métaphore de la lumière qui voyage librement dans le grand espace de l'Univers ..., une lumière à laquelle vous, à travers les sculptures de verre, donnez un nouveau chemin.
.................
EVA HALUS: - Monsieur Catalin, cela fait un an et demi que vous êtes venu avec votre famille de Calgary à Montréal. Nous sommes dans l'année de la pandémie COVID-19, donc au lieu de vous demander comment et si vous avez intégré votre scène artistique à Montréal et la communauté roumaine ici, je vous demande plutôt comment survivez vous et votre art?

CATALIN DOMNITEANU: - Quand une pandémie perturbe nos vies avec une telle sévérité, peut-être pour rappeler notre fragilité, l'artiste revient sur sa création: "J'ai tout dit, je l'ai dit le mieux?" Puis l'artiste regarde en lui-même: "Étais-je honnête?"Dans le cadre de mon processus créatif, je trouve particulièrement utile d'examiner ce que je ferais artistiquement si mon existence était placée 100 ans plus tôt ou 1000 km ailleurs. Si j'avais une odeur plus faible, une couleur de peau différente ou des doigts plus longs, mon travail serait-il différent? Comment différent? Et si j'avais un ami sage et compatissant qui mourrait d'une propagation imprudente d'un virus? Mon travail serait probablement différent, parce que je serais un moi différent, avec cette expérience différente.Si cet argument est vrai, alors je me demande dans quelle mesure j'utilise ma propre discrétion dans les choix que je fais. Mon instinct me dit que c'est une totale discrétion, alors je soutiens ce caprice artistique clandestin qui est le mien, en espérant qu'un jour je ferai une œuvre d'art qui ne soit pas issue des idées qui gravitent autour de mon existence. Cependant, bien que ce ne soit pas possible, je résiste à l'envie de rejoindre la météo. Au lieu de cela, je cherche mes propres sujets, comme si le libre arbitre existait.Le temps façonne l'artiste, qui fait de l'art, qui façonne le temps, qui façonne l'artiste, qui fait de l'art.
...............................
EVA HALUS: - Très vrai ce que vous dites, mais même si les idées et les concepts qui sous-tendent la création d'un artiste, qui est évidemment un sujet de son temps, conduisent à la création et la réalisation d'une œuvre d'art, cette œuvre d'art , une fois fait, elle a la qualité de devenir un peu intemporelle, laissant derrière elle la date de son exécution, car elle est capable de se détacher des coordonnées du temps immédiatement, tout comme de très belles femmes - je dis en plaisantant - ou sérieusement, comme ainsi que les architectures qu'ils intégreront. Mais parlez-nous d'abord du processus que traverse votre œuvre avant de devenir un objet final.

CATALIN DOMNITEANU: - En termes d'exécution, mon travail sculptural tire parti de la technique et des matériaux du vitrail, prolongeant son expressivité à l'extérieur et derrière leurs contours: les objets en verre volumétrique transportent et distribuent la lumière dans le vide au-dessus du cadre. Mes travaux se font en 3-6 mois, et leurs auxiliaires sont à peu près en même temps (fabrication de stand, commercialisation, etc.). Comme je l'ai dit, j'aime appeler mes œuvres des bas-reliefs ou des sculptures. Ils impliquent le traitement du verre à froid mais également des traitements de fusion thermique (pas de fusion). Cela me donne la flexibilité dans l'expression artistique que je recherche.Les composants en verre sont combinés avec d'autres matériaux et assemblés en une structure métallique. Toutes les œuvres ont leurs propres supports en bois pour leur permettre d'être vues tout autour, mais peuvent être préférées et installées au mur ou au plafond. Selon la taille et la complexité du projet, je suis directement impliqué dans la livraison et l'installation des œuvres pour des clients canadiens.

Mes concepts sont d'abord élaborés dans un ensemble d'éléments primaires, des simplifications de certaines facettes de la réalité. De là, je manœuvre ces primitives en groupes, niveaux et connexions pour former des ensembles compositionnels assez sophistiqués. Ensuite, leur complexité augmente jusqu'à ce qu'ils sonnent bien ... où "sonne bien" est cette longue et incomplète liste de paramètres indéfinis que personne ne sait où placer. Ainsi, ce que j'espère réaliser est l'histoire la plus complète que je puisse stocker dans cette pièce.Ainsi, chaque pièce a une histoire que j'aime toujours écrire en détail, comme un livret. J'invite tout le monde à lire leurs histoires sur mon site Web et à m'envoyer une note s'ils le souhaitent. Je suis également ouvert aux collaborations artistiques, n'hésitez pas à me dire "bonjour!" et entre en conversation avec moi."

EVA HALUS: - Merci beaucoup d'avoir repris le dialogue sur votre création artistique dans cette courte incursion derrière les sculptures de verre que vous avez créées! Nous invitons le public amateur et les lecteurs de l'Observatoire de Toronto à visiter le site web de M. Catalin Domniteanu à: www.catalindomniteanu.com


Remarque: Le dernier ouvrage de M. Catalin Domniteanu, intitulé Le démon de Laplace, s'inspire de l'introduction de l'Essai philosophique sur les probabilités écrit en 1814 par Pierre-Simon, marquis de Laplace (1749-1827), dans lequel le marquis postule une super-intelligence qui peut connaître les positions, les mouvements et les forces de toutes les particules de l'univers en même temps, une introduction qui, devenant célèbre, a été surnommée le démon de Laplace. Connaître les positions, les vitesses et les forces de mouvement de toutes les particules de l'univers implique également de connaître le passé et le futur. Si nous imaginons cet exercice strictement mentalement, n'impliquant que l'idée d'une telle connaissance, nous pouvons voir dans le Démon de Laplace un substitut séculier au Dieu omniprésent et omniscient.L'interprétation vitreuse de ce premier énoncé de la théorie du déterminisme scientifique (dans lequel tous les événements, y compris les choix moraux, sont complètement déterminés par l'existence de causes antérieures) est vraiment extraordinaire dans la manière dont l'artiste a réussi à reproduire l'essence d'un tel théorie difficile expliquée, et à travers l'image, visuellement, tout semble plus simple, mais sans perdre en complexité.
.................................
Remarque Observator: Le premier entretien est pris en 2019 pour le troisième volume de Conversations avec des personnalités roumaines de Montréal (les auteurs du livre Eva Halus et Veronica Balaj) et le second est pris en septembre 2020. Sous forme imprimée de l'Observatoire du 17 septembre a.c. nous publierons de cet entretien inexact avec les travaux de M. Catalin Domniteanu.

Eva HALUS

Catalin Domniteanu et l'art du vitrail
(Article-interview par Corneliu Stoica, historien de l'art, écrivain et journaliste. Images: Magazine Axis-Libris; Magazine de l'école galatean)


Catalin Domniteanu, l'artiste dont nous parlons, est un résident de Galati qui a attiré son attention et s'est distingué au Canada par l'art du vitrail qu'il pratique, un art très ancien, dont les origines se perdent dans l'Antiquité, mais dont le développement a été associé surtout avec la diffusion du christianisme, les premiers vitraux, selon leur acceptation actuelle, étant créés, selon des spécialistes, à Byzance, à l'église Sainte-Sophie, au VIe siècle.
Un art qui, avec le temps, connaît des périodes de floraison ou de stagnation, perfectionnant la technique de réalisation, quittant la zone exclusive de l'église et son utilisation dans les bâtiments culturels, les banques, les bars, les restaurants, les maisons privées, etc. Les motifs présents sur les vitraux ont également évolué du religieux au profane. Au début du XXe siècle, sous l'influence de l'art d'avant-garde, les maîtres vitalistes trouvent de nouvelles formes d'expression dans l'art abstrait, créent des personnages stylisés, représentent des éléments géométriques de la flore et de la faune, etc.

Aujourd'hui, les vitraux sont largement utilisés, ils, par leur décorativisme, variété de motifs et chromatiques, ajoutant une beauté et une noblesse supplémentaires à l'architecture des lieux où il existe.Catalin Domniteanu est ingénieur de profession. Il est diplômé de la Faculté de mécanique de l'Université "Dunarea de Jos" de Galati (1995) et sa passion pour l'art l'a incité à fréquenter, entre 2000 - 2003, l'École des Arts du Centre Culturel "Dunarea de Jos", où il a étudié la peinture avec le professeur Adrian Andone. Depuis ses années d'étudiant, visitant plusieurs lieux de culte, il a été attiré par le vitrail, fasciné par le spectre des couleurs et la lumière filtrée comme moyen de communication. Parallèlement à son travail d'ingénieur, il a commencé ses propres recherches sur la technique du vitrail, expérimenté, restauré de vieilles fenêtres et réussi à percer les secrets de cet art.

En 2004, il a émigré au Canada, s'établissant à Calgary, la plus grande ville de la province de l'Alberta, un important centre économique connu pour l'industrie pétrolière très prospère, où il a également suivi les cours du Southern Alberta Institute of Technology (2012-2013) , obtenant une spécialisation dans l'industrie pétrolière extractive. À Calgary, Catalin Domniteanu a travaillé, ou collaboré, entre 2004 et 2010 à l'entreprise de vitraux Tiffany House, située à la périphérie du comté de Kensington, où, comme il l'avoue lui-même, «il a découvert l'abondance de couleurs, de transparences et de textures variées de verre. pour vitrail et où il a pu maîtriser à fond la technique Tifanny »d'assemblage de chaque pièce de verre avec une feuille de cuivre, inventée par l'artiste et designer américain Louis Comfort Tifanny (1848 - 1933), qui a révolutionné l'art du vitrail .

Dans cette technique, qu'il utilise désormais exclusivement, il réalise plusieurs œuvres, l'artiste se montrant beaucoup plus courageux, au sens d'inventer le vitrail en trois dimensions. Une série d'œuvres inspirées de notre culture populaire et de l'art décorent le restaurant roumain de Calgary, le Bistro Maria. Un vitrail en trois dimensions, abordant des sujets de mécanique cosmogonique et quantique, a été présenté lors de l'un des événements organisés par l'Observatoire astronomique Rothney de l'Université de la même ville. D'autres ont pour thème l'émigration, l'univers de l'enfant, rendent hommage à certaines personnalités de l'art roumain, comme le peintre Ion Theodorescu-Sion, immortalisent des scènes de contes de fées, développent des motifs floraux et géométriques, ou sont créés dans une touche abstraite.

En 2016, Catalin Domniteanu a participé à l'événement culturel Celebration of Art (à Dalhousie, Calgary), réalisant quatre vitraux en bas-relief qu'il a donnés à quatre écoles: Dalhousie School, HA Cartwright, St. Dominic School et West Dalhosie Schol. Ils sont une occasion de plaisir et de joie esthétique pour les étudiants et les enseignants de ces établissements d'enseignement. L'artiste a une riche fantaisie, ses vitraux sont ingénieusement conçus, les chromatiques sont vives, lumineuses et lumineuses, et le dessin inscrit dans l'espace plastique certaines des formes les plus agréables.

Si la technique de Tifanny, assez complexe et nécessitant de nombreuses opérations, est parfaitement maîtrisée, en lien avec le processus de création, l'artiste avoue: «Le processus de création est la partie la plus délicieuse. J'ai été entraîné à me sentir bien devant la feuille de papier blanc. Les volumes plats et les fractions prennent forme entre moi et le livre blanc avant de dessiner la première ligne. Je pars toujours des benchmarks, j'établis d'abord les ancres: le thème, les accessoires, les dimensions. Je me suis habitué à remarquer l'espace dans les composants qui s'assemblent comme un puzzle en trois dimensions. Le vitrail traditionnel a des limites précises. Les transitions ne sont pas autorisées, la tige de plomb délimite violemment les espaces adjacents. Aucun ton n'est autorisé à l'interface entre deux territoires, comme en peinture. Un univers dualiste. Mais mon univers est en fait une somme d'interférences, d'évaporation, de transition, de dégradation, de dissipation, d'influences subtiles qui brouillent les frontières des objets vers le méconnaissable. C'est pourquoi j'ai inventé le vitrail en trois dimensions. Les éléments en bas-relief n'ont besoin que d'un encastrement partiel, laissant une partie de leur corps libre. Cette partie peut désormais parcourir les frontières. Bien sûr, j'ai construit une image beaucoup plus fluide et indépendante que ce que je peux réellement obtenir. Mais qui sait, peut-être qu'un jour je construirai un vitrail fluide."

La qualité et la nouveauté des œuvres de Catalin Domniteanu ont fait de lui un membre de l'Association des artistes canadiens du Canada (Association des artistes verriers du Canada) et de la Mondial Art Academy (France), et il a été honoré de prix par la Société canadienne Artiste (Toronto, Canada) et Contemporary Art Gallery Online (Annapolis, États-Unis). Il est également membre de l'Association professionnelle des ingénieurs et géologues de l'Alberta, ainsi que de l'Association culturelle roumano-canadienne de Calgary.

L'artiste n'est pas seulement un excellent vitrail, mais aussi un véritable écrivain. Il a publié dans les magazines "Boema @", "Milenium", "Super Nova", a lancé un concours littéraire SF "Duna Experiment" à l'Atlantykron Summer Academy à Capidava, et en 2014 a été nominé pour le Literary Debut Contest UniCredit, 6e édition , section roman, avec le volume "Messenger" aux éditions Humanitas.Manifesté dans le double rôle de plasticien et d'écrivain, étant même un innovateur dans l'art du vitrail, Catalin Domniteanu, bien que presque inconnu à Galati, est sans aucun doute une personnalité qui honore la culture roumaine de la diaspora, un créateur doté de beaucoup de grâce, désireux d'ajouter des valeurs pérennes de contribution propre à l'art. À propos de lui, nous en entendrons certainement plus.

Corneliu STOICA

                                                                                    

Copyright © 2021 Catalin Domniteanu. All rights Reserved.